Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 16:45

Nous avons rencontré pour le Nouvelliste il y a moins de deux ans Bernard Crettaz, sociologue. Un spécialiste des questions sociétales de notre canton et de la Suisse en général. On peut voir aujourd'hui que son analyse était très pertinente et est toujours d'actualité. Il avait vu bien des choses qui se sont passées depuis lors et anticipé nombre de situations et de concepts qui se développent aujourd'hui.Habitant le val d’Anniviers depuis longtemps il connaît vraiment bien les tenants et les aboutissants des mutations de notre société valaisanne actuelle. Ayant durant plusieurs décennies travaillé à Genève il possède également cette sensibilité urbaine qui permet de regarder au-delà du jour présent vers les grandes transformations que subiront demain le Valais, la Suisse, le notre planète. Philosophie, politique économie, culture... tous les domaines sont touchés, mais dans quel univers vivrons-nous demain. Interview. 

La mondialisation, le grand phénomène sociétal de ce 21e siècle:les changements économiques, politiques, culturels actuels vont-ils se poursuivre encore longtemps et l’espoir est-il encore de mise?

Au fond de moi je suis un optimisme fondamental. Je me dis qu’il faut que les choses s’accomplissent mais le sens profond de l’Histoire humaine nous ne le connaissons pas. Avec la force, le génie, la créativité de l’être humain je reste plein d’espérance. Dans les années 60-80 la vision vers le progrès, la richesse continue, la justice sociale, la maîtrise scientifique prenaient toute la place les gens étaient pleins d’enthousiasme et d’esprit de conquête; aujourd’hui c’est le monde de la crise, du chaos, de la catastrophe, les mots surgissent mais désignent plus la perception que la réalité. Ce qui me frappe le plus c’est la transformation de la cartographie d’un monde qui a changé fondamentalement. Je me sens un peu comme un Romain au moment de la décadence, il voyait qu’un monde nouveau allait naître mais il ne le connaissait pas. Regardez actuellement les gens ont terriblement peur d’ête envahis par toutes sortes de craintes mais en réalité, avec un peu de lucidité, on voit que ce sont seulement les prémices d’une nouvelle civilisation à venir.

Le Valais, dans ce chambardement et cette révolution totale,tient-illecap, notamment au point de vue culture et spiritualité?

De nos jours nous vivons sur la planète et en Suisse aussi un besoin de quête spirituelle incroyable, une demande rituelle énorme, que ce soit par le bouddhisme, le chamananisme, la pluralités de sectes. Nous traversons aussi une période de bricolage, il existe comme un appel nouveau, qu’en sortira-t-il? nous n’en savons rien. Pour ce qui est du Valais il vit depuis les dernières votations (Weber-LAT) un psychodrame, comme si le canton éait excommunié, mis à l’écart et la sortie est compliquée à trouver. Avant, la Suisse, et notre canton vivaient comme dans un Paradis, aujourd’hui c’est la fin de Paradis.Je pense qu’il faudra en tout cas dix ans pour qu’une nouvelle mentalité émerge avec la génération à venir . Les «vieux» occupent encore trop de place.

Quelles seront les principalesmutationsenValais?

Notre canton se dirige vers une révolution urbaine dans la plaine du Rhône. Les agglomérations deviendront plus importante et les villes ne seront plus de gros bourgs. Elle incarneront une sorte de Silicon Valley au cœur des Alpes. En montagne il y aura une nouvelle forme de tourisme avec le «Disneyland rose», produit de développement, un «Disneyland de l’environnement» avec la protection de la nature, et un espace dédié à la «montagne sauvage», une montagne sacrée en quelque sorte, avec ses dimensions de verticalité et d’aspiration vers le haut. Nous vivrons ainssi deux cultures, une culture touristique vendable et à côté une culture vivante, théâtrale, architecturale, esthétique.... vécue par les Valaisans dans leur être profond.

Qu’en sera-til de la démographie dans notre canton?

Dans le années à venir la mobilité deviendra de plus en plus importante avec aussi une immigration conséquente. Les idées de séparatisme évoquées dernièrement n’auront plus cours et il faudra, je le répète plus de dix ans pour que «le vieux monde souffrant» accepte de passer la main.

Et notre Valais agricole?

Nous assitons aujourd’hui à un renouveau de l’agriculture de montagne, et la vache n’a pas encore fait ce que la vigne a fait, sa révolution. Mais paradoxalement, le mythe identitaire et le Valais archaïque sont en train de s’éteindre. Le monde est en accélaration.

La politique est aussi en pleine mutation? 

Les politiciens sont là pour donner de la voix et il faut conserver l’Etat comme instance de régulation, c’est absolument nécessaire, nous pouvons le consater à l’aune de certaines dérives communaires. Evidemment il n’y pas de Valais hors de la Suisse, le monde est désormais interconnecté, tout se tient.

Notre canton peut-il se montrer ainsi positif quand il regarde versl’avenir?

Nous n’avons pas le droit de nous plaindre;le Valais sort de 40 ans d’un matérialisme féroce et parfois nous avons oublié de transmettre des valeurs fondamentales; maintenant nous devons rattraper le temps perdu.... Le Paradis que nous avons connu est maitenant ququlque peu derrière nous...

Un monde en mutation, une démographie évolutive

Partager cet article

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-marc theytaz
  • : Textes poétiques, de création- Textes critiques sur des expositions d'art, des sorties de nouveaux livres en Valais et en Suisse.
  • Contact

Recherche

Liens