Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 17:09

~~"Il faut rentrer maintenant"

Le ciel est impalpable

les ombres bleues des montagnes

deviennent diaphanes

dans le soir qui descend à petits pas

le vent à ras de terre transporte

des ondes telluriques

les anges se donnent la main derrière les collines braisées

dans l'immensité de la prairie

les paysans

le dos courbé vers la terre

jusqu'au crépuscule

semblent prier

il faut rentrer maintenant

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

"Estampe"

Les échassiers dans les marais immobiles

les jacinthes flottantes

qui emportent une rumeur légère

le fleuve lent et transparent

qui fait voyager nos cendres futures

l'énergie du vent

et de la lumière verte

la forêt s'allume sous la pluie tropicale

estampe

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

"Saints de glace"

Souffles neigeux de mai

les crocus et leurs yeux bleus

respirent discrètement dans le pré du matin

le chat sort de la grange

les paupières encore lourdes de sommeil

les églantiers sont couverts d'une fine poudre perlée

le silence et ses fragiles fougères

prient en harmonie avec le bisse

qui renaît lentement

les saints de glace sont bien vivants

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

"Du Rhône à Zofleux"

Les aulnes et les cyprès se sont chargés de pollen

Près du Rhône l'air est moite après la pluie fine de l'après-midi

A Zofleux les mésanges glissent près des frises du balcon

Dans le pré les primevères balancent leurs calices jaunes et fragiles

le transistor crache des mélodies des années septante

les sorbiers et les merisiers recueillent nos regards

paupières légères ivresses passagères

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

"Temps arrêté"

Sauge et safran

sapins et mélèzes

coteaux où les forêts grimpent jusque dans l'émail du ciel

murmure de la rivière près de ta chevelure

vignes qui courent dans le soleil du val

primevères au creux de tes paumes

les bouquets d'hortensia et les glycines enrobent le portail du chalet

le vent creuse le silence

à genoux

ne reste que le temps arrêté

dans le chandail des névés

Partager cet article

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-marc theytaz
  • : Textes poétiques, de création- Textes critiques sur des expositions d'art, des sorties de nouveaux livres en Valais et en Suisse.
  • Contact

Recherche

Liens