Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 16:26

Creux de la muraille

Les passereaux sur le ciel des vignes

prolongent l'espace

la brise emporte l'étreinte du soleil

et de la terre schisteuse

pierres de taille lézard vert

la tiédeur du printemps vient se loger tendrement au creux de la muraille

l'azur se faufile dans la paume de mes mains poussiéreuses ----------

L'ombre

L'ombre descend du chêne rouillé

écrit sur le sol

les formes du silence

prépare pour la nuit

des gelées proches de l'hiver

renferme nos prières jusquà demain -----------

Attente

Enveloppe de soie sur les épilobes fragiles

il neige finement dans l'heure arrêtée de l'après-midi

j'entends les anges

murmurer des chants d'enfants

sur la margelle de la patience

les eaux bénies de l'attente -------------

Chapelet de paroles

A l'aube neigeuse

recoudre les lanières de cuir

les tissus de soie

les lambeaux de lumière

le chapelet de paroles

pour traverser à gué

la cascade bondissante

sur les galets mouillés en funambule hésitant ----------

Recueillement

Les jupes d'épicéas dansent

dans la forêt d'améthyste

branchages d'orfèvres

rivières de miettes lumineuses

autour de ton cou

le silence habite le sous-bois

le casse-noix s'est tu

le vent s'est posé à terre

recueillement

les lèvres dans la mousse fraîche -----------

Mélèze magique

L'énergie céleste du mélèze

me conduit jusque dans l'âme de ses racines

puits de lumière au milieu de l'alpage

lien magique

avec la source vivante

sous la pierre de granit

parole divine

armoise et orchidée

braises brûlantes

les mains des bergers sont crevassées

elles portent la marque de l'infatigable labeur

il faut se reposer quelques heures

attendre le miroir de l'aube ------

Nacre

L'aube traversée de givre

la nacre sous les ongles des noisetiers

la complainte sur le fil du jour

il fait clair

dans le revers des anémones

et des contrejours lacustres --------------

Promenade hivernale

La haie de mélèze

file le long du sentier

dans les alpages feutrés

la neige sort de la nuit

chargée de brillances

au soleil levant paradent les tétralyres

les lagopèdes miment d'étranges danses

sur le toit de tavillons de la chotte

suintent des perles de lumière

il fait tiède dans ce printemps perdu

en plein janvier le promeneur ramasse

de pleines brassées de bruyère mauve

pour les jeter dans tes yeux incandescents ---------

Estampes lumineuses

Frétillement de paupières blanches

le soleil se lève

sur la ligne de crête

inscrit sur le papier de riz de lumineuses estampes ---------

Prière

Le moine prie sa voix sage et fragile

tendre discrète

coule dans la voûte de l'église

comme une lueur éternelle

un filet d'eau dans l'herbe roussie de l'automne

la courbure d'un roseau dans le marais ---------

Cavalcade

Janvier solitaire

le fleuve s'est fait discret

l'eau s'est retirée des berges

mettant à nu les rochers

Sur les glaciers les houles neigeuses

emportent ma mémoire vacillante

Près du torrent

des perles d'eau grisâtres

brillent dans la lumière

les écailles des truites argentées

Cavalcade des saisons

au matin blême s'allument les rêves de prairies fleuries

les cavernes profondes de forêts estivales

Je regarde passer les troupeaux de monts enneigés -------------

Yeux rieurs

Le vol lissé de la bus

e dans le ciel tiède de l'après-midi

ses ailes soutenant haut l'arcature du cie

l les scintillations neigeuses

dans l'herbe jaune qui court au dos des collines

le temps s'est niché dans la paume de tes mains

tout près de ton cou

dans l'eau claire de tes yeux verts --------

En-haut

Le silence bleu tendu sur l'azur silencieux

le vent chanteur dégrafant les nuages blancs

la neige au creux des alpages scintillante et fragile et tes paroles comme lumière verticale en-haut de la colline près des arolles verts -----------

Il fait clair

Les bosquets

pénétrés de lumière et de douce tiédeur

abritent les faons et les rouge-gorges

le silence et son aile se sont posés dans ce puits de soleil

il fait clair

au zénith de ta promenade

quand les larmes envahissent tes yeux mouillés de givre -----------

Partager cet article

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article

commentaires