Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 16:32

5910116135_2f34b7c2c1.jpgLa pluie

fine et transparente

gouttes de lumière

à la cime des épicéas

transparences

et lampées d'eau-de- vie

respirations profondes

venues du fond des temps

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 20:45
  • 3163807833_046203d6c6.jpg3163807833_046203d6c6.jpgVent du soir
  • clairière allumée
  • fuyantes libellules
  • l'étang se marbre
  • d'étoiles vibrantes
  • le cadran de ses eaux
  • dessine notre temps terrestre
  • entrouvre des portes d'albâtre
  • fige la nuit bleue
  • au plus près de notre corps
  • passage à gué
  • la mort nous prend par la main
Repost 0
jean-marc theytaz - dans littérature
commenter cet article
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 20:43

2678416595_0da8d04c58.jpg«Champ mineur» de Francine Bouchet, un livre de poésie tout de retenue et de justesse, de vibrations et de puissance.

 

Une écriture qui dit l’intériorité, la vie, la mort.

«Un homme dressé comme les poèmes dressés par quelqu’un, dressés comme les stèles dans un champ, dans le champ qui accueille le jardin et la maison, le champ vaste, immense et mineur, où creusée une cavité par les étoiles qui le surplombent, une cavité, un creuset accueillant une naissance, la naissance d’une voix. Sa voix à elle. ...» nous dit Jacques Roman dans sa post-face.

 

La poétesse saisit le jour et ses naissances, ses petites morts, le vent du large apporte ses embruns et entraîne nos regards vers cet infini qui s’ouvre sur le proche et le lointain, l’intérieur et l’extérieur.

 

 La maison est vaste, elle abrite la vie sous toutes ses formes, le jardin nous attend aussi et ses roseaux frissonnants,ses asphodèles, ses eaux vivantes, mais toujours, dans la profondeur de champ, le sommeil et la mort, l’éternité qui nous fait regarder au loin.: «Sable et neige/les traces qui s’arrêtent/me forcent au silence/Suis-je vraiment prête?/je laisse derrière moi/des pays orchestrés/quelle est cette litanie/qui prend feu sous la terre?»

 

Francine Bouchet parle avec elle-même, avec le monde qui l’entoure, avec la voix des univers parallèles, le poème prend corps, retient les vents et les souffles légers qui remplissent les espaces entre les êtres, les objets, les choses, les situations.

 

 Ses textes sont de sable, de feu, d’argile, d’eau, ils deviennent sculptures, volumes et couleurs, la voix du poète traversant les âges,engendrant des germinations, des naissances de paroles, de musiques, de rythmes, de fluidités poétiques.

 

Francie Bouchet publie aujourd’hui son deuxième ouvrage. Après avoir été enseignante, libraire, elle va développer sa joie de partager, de faire éclore les sensibilités des jeunes en créant les éditions La Joie de lire. Elle a publié son premier ouvrage poétique en 2004, un recueil intitulé «Portes de sable» qui avait été remarqué, elle renouvelle l’exercice aujourd’hui, avec une poésie toute de densité et d’intériorité.

 

« Champ mineur» de Francine Bouchet, aux éditions de l’Aire.

Repost 0
jean-marc theytaz - dans littérature
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 16:14
  • 2929811322_2eb7261e1f.jpgLe ruisseau et ses éclats de ciel brisé
  • emportent nos mains jointes
  • la forêt tremble de de tous ses membres
  • la tempête a fondu sur les hauts de la vallée
  • fêlures du temps dans les craquements de mélèze
  • les voix perdues sous les mousses
  • chantent des airs oubliés
  • enfance chevillée au corps et à l'âme
  • dans les prairies de l'alpe esseulée 
  • courent les esprits de nos défunts
Repost 0
jean-marc theytaz - dans littérature
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 17:11

5353047512_d1ec1ba0a2.jpgLa musique des grillons dans l'herbe haute

les syllabes de l'eau verte sur l'étang

les vent qui emporte nos paroles

les silhouettes des promeneurs

déambulant avec nonchalance

dans les  allées symétiques de peupliers

la chaleur gagne nos corps et nos âmes

l'été déverse ses urnes de lumières vivantes

il fait clair

Repost 0
jean-marc theytaz - dans littérature
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 20:20

3849767291_d344cd0439.jpgLe soleil blanc sur l'arête de granit

Les névés comme des épées luminescentes

Les chamois blottis dans les anfractuositiés herbeuses

Et le vent

doux et léger

et le pierrier

muet et pesant

et les champs de rhododendrons

 leurs calices de liqueurs rosées

et le bisse qui serpente

 et suit les renflements de la vallée

et le pas

souple et vivant

battements magiques

Repost 0
jean-marc theytaz - dans littérature
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 13:00

La Fondation Valette nous propose de découvrir jusqu’au 4 juin à Ardon les oeuvres, dessins et peintures, de Pavlina.

Des pièces authentiques, inscrites dans un langage universel, qui représentent une rencontre entre le corps et l’âme, l’intérieur et l’extérieur, le proche et le lointain.

L’artiste a effectué des études d’art à Paris et a exposé dans de nombreuses galeries européennes, ’au Brésil, en Inde, à Miami et ailleurs. Actuellement Pavlina vit et travaille en Suisse, précisément sur les bords du Léman.

Pavlina a dévoilé pour son exposition à la Fondation Valette cinq toiles géantes, des oeuvres monumentales sur les murs du Vieux Village d’Ardon ainsi que 38 tableaux. Les cinq formats géants, d’une hauteur de 3 mètres, resteront exposés jusqu’au mois d’août. A noter que l’ensemble de l’oeuvre de Pavlina a été honoré par le Prix européen francophone des Arts Sédar Senghor. L’un des tableaux exposés à Ardon «La Femme-Christ» a été primé à Paris par la Société nationale des Beaux-arts de France. C/JMT

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 12:58

Le château de Venthône nous offre pour trois semaines un univers de lumières, de légèreté et de transparence, avec les aquarelles de René et Claire Koenig. Des bleus laiteux, myosotis, pervenche, ciel d’avril...des blancs cassés, crème, profonds... des compositions qui touchent à l’abstraction, les deux peintres nous font visiter avec rythme leurs mondes si riches et variés. Père et fille se sont unis pour nous faire partager des émotions, des accords musicaux, des langages de souffles et d’évanescence, des écritures de vent et de soleil mêlés.

«Ce qui m’a frappé dans son travail, c‘est cette capacité à réduire dans une couleur et un geste un ensemble de conjonctions à priori fortuites mais qui prend un sens universel sitôt qu’il est mis sur le papier» nous dit Nicolas Pahlish à propos du travail de Claire Koenig qui elle nous dit en parlant des réalisations de son père: «Les aquarelles bleues de René Koenig, légères comme toutes ces hirondelles qui passent devant sa fenêtre, folles d’air et de vent». Une chose est sûre, les deux peintres se complètent, s’apprécient, convergent dans une recherche de l’authenticité et de la «vérité picturale» sans pareilles.

Comme nous rapporte Claire Koenig il s’agit de «partir d’un paysage, d’un ailleurs, et arrêter son regard sur les non-lieux, l’espace entre les choses, la vision cadrée par la vitre d’un train, un ciel entre deux façades...Recomposer par le trait du crayon graphite et le geste du pinceau si souvent répété que l’aquarelle finit par s’imposer. Le lien avec mon père c’est son espace de vie. Le prétexte de mon travail: le salon, les meubles, la baie vitrée de son appartement qui donne sur un parc, les arbres vus à travers les fenêtres, un cèdre immense , des marronniers, un érable, deux arbres morts, rouge-brun, sur la droite, puis le lac et les montagnes au loin. Un mur et les barrières des balcons définissent le cadre. Le printemps s’installe, les couleurs des arbres s’affirment. Je suis à l’intérieur, je suis chez mes parents, je regarde leur lieu de vie et aussi au-delà, par les fenêtres. Le fond du lac c’est l’affaire de mon père....»

Des aquarelles et fluides et lumineuses, qui apportent au monde qui nous entoure des structurations légères, effleurées, suggérées, tout un processus d’évocation envoûtante.

Claire Koenig est née à Lausanne; elle est diplômée de l’Ecole cantonale d’art de Lausanne et membre de Visarte Vaud. Elle a ouvert un atelier à Vevey en 1990 et enseigne également le dessin et l’aquarelle. Elle a notamment exposé au Manoir de Martigny, à Avenches, à Lausanne, à Thonon. Son père René Koenig a habité plusieurs années à Venthône après sa retraite en 89; il a exposé déjà deux fois au Château. Actuellement il se trouve à Vevey, d’où il peut admirer le lac, la plaine du Rhône et même le Catogne, des panoramas qu’il se plaît à peindre et à décliner.

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 20:21

111458q7[1]Fernand Beney d’Ayent vient de sortir son premier roman aux éditions Cabedita. Une histoire qui se passe pour une bonne partie dans la montagne, la Dent-Blanche en particulier, qui allie l’immensité et l’infini de l’univers minéral, glaciaire avec la densité et la profondeur des sentiments des personnages. Un livre dynamique. bien rythmé , qui parle d’un Valais authentique et fort, ancré dans une certaine forme de tradition et de croyances. Interview de l’auteur Fernand Beney.

 

1. «Le monde d’en haut» est votre premier roman. Qu’est-ce qui vous a ouvert les chemins de l’écriture?

 

J’aime la poésie et j’en écris depuis longtemps. Bien de mes amis me disaient, écris! Cela fait un moment que l’idée d’écrire un roman en incluant des poèmes voyageait dans mon esprit. Mais écrire un roman lorsqu’on bosse tous les jours (au tribunal des mineurs) me paraissait aussi difficile de franchir le mur du son à bicyclette. Puis, un jour, j’ai retroussé les manches et je me suis mis à l’ordinateur, j’écrivais les samedis et dimanches matins d’hiver

.

2. Pourquoi avoir choisi le genre romanesque au lieu de la nouvelle, de la poésie ou autre forme littéraire?

 

Pourquoi le genre romanesque, en fait je n ‘ai pas trop réfléchi, le roman s’est imposé... Et puis le roman c’est génial, on peut aller et venir, et changer le cours des choses, ce que l’on ne peut pas faire dans la vie.

 

 

3. Votre premier ouvrage développe un fil narratif ayant trait à la montagne, la Dent Blanche et au Valais. Vous y avez un ancrage particulier, une relation fusionnelle avec ce pays?

 

Bien sûr que j’ai un ancrage très fort du Valais. Pour mon premier roman je me devais d’être crédible, j’ai donc situé l’histoire en Valais et dans la montagne. J’étais aspirant guide quand j’étais jeune et j’ai parcouru les Alpes, la Dent Blanche était ma préférée. Je l’ai escaladée une dizaine de fois, j’emmenais mes amis. Dès que j’ai commencé à écrire je me suis trouvé à l’aise dans ce monde.

 

 

4. La montagne c’est pour votre personnage une sorte de pèlerinage vers la spiritualité, l’absolu, l’infini, une attirance pour ce qui relève de la verticalité et de l’ascensionnel?

 

Je suis catholique, je fais partie de la Concordia, coeur d’hommes d’Ayent, il m’arrive donc de chanter la messe. Je suis assez passionné d’astronomie et les astrophysiciens écartent la présence de Dieu de l’histoire de l’univers, même en remontant la chaîne de causalité, ils l’ignorent même au début. Pour moi, il a y quelque chose, une fois du hasard, 10 fois du hasard , mais pas 100 fois. Je résume, dans la vie de tous les jours, le monde d’en bas, difficile de voir la présence de Dieu mais lorsque je suis en montagne, cette présence, elle est partout...

 

 

5. La mort, la fatalité, l’amour, ses errances... des thèmes qui vous attirent?

 

Bon, je ne pourrai jamais écrire un roman sans une histoire d’amour.... Pus on avance dans la connaissance de l’univers, de ce qu’il a été, de ce qu’il est et de ce qu’il sera, plus on se pose des questions sur l’au-delà. On va où, on devient quoi. La mort ne me fait pas peur, mais c’est tellement fascinant d’imaginer ce qu’il peut y avoir après ?

 

 

6.Quels sont les auteurs qui tiennent à coeur et vous ont incité à écrire?

 

Ce n’est pas un auteur ou un autre qui m’a incité à écrire, c’est un processus qui était en veilleuse et que j ai réussi à faire démarrer.

Mes auteurs, (je ne suis pas un grand lecteur), Baudelaire pour la poésie, tant d’autres aussi, mais Baudelaire pour la musique de ses vers. J’adore Giono, Kessel, St Ex enfin, je suis assez éclectique. Lorsque j’ai commencé ce roman, j’avais sur mon bureau, Mme Bovary, les cavaliers de Kessel, le chant du monde de Giono et Manon des sources de Pagnol, ils me servaient de références pour construire le mien.

 

 

7. Des projets?

 

Bien sûr, le deuxième roman est déjà en route et l’histoire en boite. J’ai eu tant de plaisir à écrire le premier. Je pense, objectivement, que le fait de mettre des poèmes dans un roman (il y en a quelques-uns dans mon premier ouvrage), peut avoir ses lecteurs. Je vais donc continuer dans ce sens.

 

«Le monde d’en haut» de Fernand Beney, aux éditions Cabedita.

Repost 0
jean-marc theytaz - dans littérature
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 15:13

La formation et la recherche constituent l’un des piliers fondamentaux de l’économie:elles nécessitent des engagements primordiaux de la part des politiciens. L’avenir des démocraties dépend pour beaucoup du niveau de la formation dans les pays et l’économie voit son développement et son futur liés à ceux de la jeunesse. Malheureusement, à l’heure actuelle, dans plusieurs pays européens, dont la France de Nicolas Sarkozy et l’Italie de Silvio Berlusconi, on assiste à des coupes sombres dans l’enseignement avec des milliers de professeurs en moins d’ici une année ou deux, des classes qui devront ainsi être surchargées, avec des taxes universitaires qui augmentent en masse. Un coup de frein sérieux est donné à la démocratisation des études et à l’égalité des chances pour une formation équitable et semblable pour tous. En touchant à la formation, à l’école, on prend des risques énormes, voire même inconsidérés. En effet le chômage risque d’augmenter si la jeunesse est moins bien formée car l’innovation et les entreprises technologiques de pointe sont les locomotives de l’exportation et de l’économie en général. Or si le chômage croît il est évident que la paix sociale et la stabilité politique en seront affectées...Si l’on touche à la jeunesse, on touche à la base même de ce qui fait notre démocratie, la liberté de se forme, la liberté de choisir son avenir.... Jean-Marc Theytaz

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article