Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 16:25

~Le Manoir de Martigny accueille régulièrement des jeunes artistes, aujourd’hui ceux del’ECAV, apportant un air frais et des promesses d’avenir dans ses cimaises. La position périphérique du canton n’empêche pas notre école d’art de se trouver au centre stratégique de l’Europe et les arts ne connaissent pas de frontières.

Ce printemps nous pouvons trouver une sélection d’œuvres inédites d’une trentaine d’artistes émergents (Alumni, filières Master et Bachelor en Arts visuels). Une manière originale de découvrir les talents de l’ECAV etpour le Manoir de s’affirmer comme le lieu qui soutient les jeunes artistes et promeut la création contemporaine valaisanne. Une trentaines d’artistes, trois formes de temporalité, une exposition composée de vidéos, dessins, tableaux, sculptures, installations in situ et nouvelles créations... autant de moyens de laisser parler sa créativité et son sens de l’innovation. «Show Showed Shown» Aux côtés del’ECAL et de la HEAD, dans les cantons de Vaud et de Genève, l’ECAV fait référence dans l’enseignement des arts visuels en Suisse Romande.

Avec l’exposition intitulée «Show Showed Shown» le visiteur est invité à venir Voir» ce que ces jeunes artistes veulent nous «montrer». «...MONTRER» conjugué en anglais, l’anglais, un langage commun, planétaire. L’anglais est pratiquement la langue de l’ECAV au quotidien, qui par son positionnement devient un centre bouillonnant d’idées, de recherches, d’innovations. La venue régulière d’intervenants extérieurs place les expérimentations des étudiants dans une perspective nationale et internationale, et l’école développe de nombreuxprogrammes d’échange notamment en Europe,enAfriqueeten Amé-rique du Nord. «Show Showed Shown», trois étapes d’un itinéraire d’artiste Le verbe «Montrer» décliné au présent, passé et participe passé.

Trois temporalités comme trois volets qui peuvent constituer le parcours d’un étudiant en école d’art (bachelor, master, diplômé/alumni). «Le programme bachelor est destiné à tout candidat ayant l’ambition de développer une personnalité artistique propre et de définir, dans le cadre de l’école, des voies originales de création». La majorité des travaux de bachelors ici présentés sont les pièces présentées dans le cadre de leurs derniers jurys: Marie Acker, Marielle P. Blanc, Luana Cruciato, Marc Girard, Camille Kaiser, Vicente Lesser/Jean Stalé, Michaël Marca, Crystel Ybloux. «Le master (formation HES-SO) s’adresse aux artistes, acteurs et actrices de la scène artistique souhaitant poursuivre une recherche artistique ou entamer le questionnement de la relation de l’artiste à la sphère publique, cette dernière étant entendue comme un espace social, politique et culturel.» Questionnant les conditions d’exposition de l’œuvre et sa relation avec l’espace, de nombreux étudiants en master proposent pour cette exposition des créations in situ qui entament une relation concrète, parlée, dialoguée avec le bâtiment et ses spécificités architecturales: Ash Aravena, Eduardo Cruces, Gabriella Disler, Raed Ibrahim, Sébastien Kauffmann, Tracy Lim, Mirella Salame, Katerina Samara, Victoria Wigzell, Sabine Zaalene. «Une fois diplômé, l’ex-étudiant intègre le réseau ECAV-Alumni, plate-forme permettant d’entrer en contact avec les membres et de rester informer sur les activités de l’école.» Les Alumni doivent s’impliquer dans les réseaux et le marché de l’art, trouver et faire leur place. La dizaine d’Alumni invités au Manoir ont déjà un parcours artistique étoffé avec des prix et récompenses dans des concoursàlaclef: Leah Ander-son, Barbara Cardinale, Alex Herzog, Martin Jakob, Fanny Jemmely, Christina Jonsson, Nick Leverington, Valérie Portmann, Grégory Sugnaux, Caroline von Gunten, Nadja Wüthrich. Le rôle de l’école d’art dans la société sera abordé dans des tables rondes organisées au Manoir ainsi que des visites commentées ouvertes au public. Une belle vitrine pour les étudiants et anciens de l’ECAV.

Sensibilités diverses

L’expo du Manoir est toute de fraîcheur et d’originalité. On y sent l’œil pétillant et l’esprit bouillonnant d’une jeunesse qui a soif de s’exprimer, de trouver des voies inédites pour circonscrire sa place dans un monde en pleine mutation. Affirmer son identité, trouver des repères, dialoguer avec son environnement, avec autrui, avec l’espace, avec les notions de temporalité, tout s’enchaîne et s’im brique dans un tourbillon d’interventions, d’installations, de questions.

Parfois le spectateur peut-être un peu dérouté par ces œuvres tant le message est multiple, pluriel, tant les signaux sont nombreux; tout apparaît par moments décalé, mais il suffit de s’ouvrir à la nouveauté pour découvrir des ancrages bien déterminés dans une réalité particulière, au-delà des apparences, aussi parfois dans l’indéfini et l’infini, dans le supra-sensible. Une aventure à découvrir qui nous ait aussi regarder vers l’avenir avec des yeux neufs, étonnés et curieux en tout cas.

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 11:14

~Carnaval, le temps des masques, des rires, des cortèges, de la «déconnade», le temps des pas de danse à contre-temps, des gags à quatre sous, des dérapages plus ou moins incontrôlés, carnaval une tradition qui reste bien ancrée en Suisse, en Valais, à Bâle, Lucerne... Les couleurs y sont reines, la musique se joue sur tous les modes, toute est permis ou presque. C’est un temps d’arrêt dans le calendrier, l’occasion de débrancher, de se déconnecteur du quotidien, de vivre sur un autre rythme. Nombre de gens vivent pendant quelques jours dans la peau d’autres personnages, jouent un rôle, peut-être le leur, leur vrai et authentique personnage, en tout cas celui d’une partie d’eux-mêmes que souvent ils doivent occulter. A Evolène les «empaillés» créent la terreur dans les rues du village, ces monstres sortis de l’histoire et de la tradition qui perpétuent d’anciennes croyances aux démons, aux esprits malins, à ce qui est irrationnel et imprévisible. Dans le Lötschental les masques figurent également des visages torturés, d’une belle laideur, qui font sortir de leurs cavernes les hommes des premiers temps avec leurs religions reliées à nature et aux éléments. Carnaval véhicule des forces étranges, des histoires plus ou moins vraies, raille, ironise, ment, dit la vérité... c’est selon, suivant l’humeur du jour.

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 09:12

Sur le flanc de la colline

les vols oubliés des hirondelles

les passages lissés des fauvettes

le cri martelé de la corneille

et le ciel marbré

qui chante les temps à venir

absence et silence

qui viennent du fond des souvenirs

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 16:26

Creux de la muraille

Les passereaux sur le ciel des vignes

prolongent l'espace

la brise emporte l'étreinte du soleil

et de la terre schisteuse

pierres de taille lézard vert

la tiédeur du printemps vient se loger tendrement au creux de la muraille

l'azur se faufile dans la paume de mes mains poussiéreuses ----------

L'ombre

L'ombre descend du chêne rouillé

écrit sur le sol

les formes du silence

prépare pour la nuit

des gelées proches de l'hiver

renferme nos prières jusquà demain -----------

Attente

Enveloppe de soie sur les épilobes fragiles

il neige finement dans l'heure arrêtée de l'après-midi

j'entends les anges

murmurer des chants d'enfants

sur la margelle de la patience

les eaux bénies de l'attente -------------

Chapelet de paroles

A l'aube neigeuse

recoudre les lanières de cuir

les tissus de soie

les lambeaux de lumière

le chapelet de paroles

pour traverser à gué

la cascade bondissante

sur les galets mouillés en funambule hésitant ----------

Recueillement

Les jupes d'épicéas dansent

dans la forêt d'améthyste

branchages d'orfèvres

rivières de miettes lumineuses

autour de ton cou

le silence habite le sous-bois

le casse-noix s'est tu

le vent s'est posé à terre

recueillement

les lèvres dans la mousse fraîche -----------

Mélèze magique

L'énergie céleste du mélèze

me conduit jusque dans l'âme de ses racines

puits de lumière au milieu de l'alpage

lien magique

avec la source vivante

sous la pierre de granit

parole divine

armoise et orchidée

braises brûlantes

les mains des bergers sont crevassées

elles portent la marque de l'infatigable labeur

il faut se reposer quelques heures

attendre le miroir de l'aube ------

Nacre

L'aube traversée de givre

la nacre sous les ongles des noisetiers

la complainte sur le fil du jour

il fait clair

dans le revers des anémones

et des contrejours lacustres --------------

Promenade hivernale

La haie de mélèze

file le long du sentier

dans les alpages feutrés

la neige sort de la nuit

chargée de brillances

au soleil levant paradent les tétralyres

les lagopèdes miment d'étranges danses

sur le toit de tavillons de la chotte

suintent des perles de lumière

il fait tiède dans ce printemps perdu

en plein janvier le promeneur ramasse

de pleines brassées de bruyère mauve

pour les jeter dans tes yeux incandescents ---------

Estampes lumineuses

Frétillement de paupières blanches

le soleil se lève

sur la ligne de crête

inscrit sur le papier de riz de lumineuses estampes ---------

Prière

Le moine prie sa voix sage et fragile

tendre discrète

coule dans la voûte de l'église

comme une lueur éternelle

un filet d'eau dans l'herbe roussie de l'automne

la courbure d'un roseau dans le marais ---------

Cavalcade

Janvier solitaire

le fleuve s'est fait discret

l'eau s'est retirée des berges

mettant à nu les rochers

Sur les glaciers les houles neigeuses

emportent ma mémoire vacillante

Près du torrent

des perles d'eau grisâtres

brillent dans la lumière

les écailles des truites argentées

Cavalcade des saisons

au matin blême s'allument les rêves de prairies fleuries

les cavernes profondes de forêts estivales

Je regarde passer les troupeaux de monts enneigés -------------

Yeux rieurs

Le vol lissé de la bus

e dans le ciel tiède de l'après-midi

ses ailes soutenant haut l'arcature du cie

l les scintillations neigeuses

dans l'herbe jaune qui court au dos des collines

le temps s'est niché dans la paume de tes mains

tout près de ton cou

dans l'eau claire de tes yeux verts --------

En-haut

Le silence bleu tendu sur l'azur silencieux

le vent chanteur dégrafant les nuages blancs

la neige au creux des alpages scintillante et fragile et tes paroles comme lumière verticale en-haut de la colline près des arolles verts -----------

Il fait clair

Les bosquets

pénétrés de lumière et de douce tiédeur

abritent les faons et les rouge-gorges

le silence et son aile se sont posés dans ce puits de soleil

il fait clair

au zénith de ta promenade

quand les larmes envahissent tes yeux mouillés de givre -----------

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 16:14

Couleurs, lumières, énergies, la Fondation Beyeler nous propose une grande exposition jusqu’au 18 mai 2014 sur le peintre Odilon Redon.

L’un des maîtres du symbolisme avec son univers de lignes et de couleurs vibrantes qui se trouve à la jonction de plusieurs courants picturaux dont le symbolisme.

Après une enfance agitée il aura pour premier maître, lui qui savait dessiner avant de savoir écrire Stanislas Gorin, élève d’Eugène Isabey, qui lui fera découvrir découvre Millet, Corot, Gustave Moreau. 1899 sera une date importante car Maurice Denis lui fera rencontrer les Nabis groupe d’artistes qui compte parmi ses membres Gauguin.

En 1900, Maurice Denis peint l’Hommage à Cézanne — Redon y est représenté debout devant une toile de Cézanne, entouré de Pierre Bonnard, Édouard Vuillard, Roussel, Paul Sérusier, André Mellerio et Ambroise Vollard. Il travaille avec Mallarmé. Une exposition Odilon Redon a lieu à la galerie Durand-Ruel en 1900 comme nous le dit la critique. Un artiste surprenant Le peintre français Odilon Redon (né à Bordeaux en 1840, mort à Paris en 1916) compte, avec son cosmos de couleurs variées et étincelantes, parmi les artistes les plus éblouissants des débuts de l’art moderne. L’œuvre de ce représentant majeur du symbolisme français marque la jonction entre le XIXe et le XXe siècle et illustre parfaitement les interactions entre tradition et innovation. Un univers de découvertes mais aussi d’expérimentation, de tentatives, de nouveautés initées au fil des jours et des désirs d’innovation.

Odilon Redon a une spontanéité et une fraicheur remarquable qui font de lui un poète, un magicien, un alchimiste aussi. L’œuvre ambiguë et énigmatique de ce poète de la couleur se caractérise par des ruptures et des contrastes et suit une évolution: Redon a débuté sa carrière par des noirs , fusains et lithographies avant de passer à l’explosion chromatique des huiles et des pastels qui marqueront l’étape suivante.

Après des années plus sombres et angoissées le peintre découvre un univers plus serein et traversé de quiétude: des monstres bizarres surgissent au côté de créatures célestes, rêve et cauchemar, nature et imagination se côtoient.

Fascination pour la littérature et la musique Issu de la haute bourgeoisie, Redon n’a pourtant pas connu une enfance heureuse. Ses parents le confièrent en effet à la garde de son oncle, dans le domaine viticole familial de Peyrelebade, où il grandit dans la solitude et l’exclusion. Homme d’une nature paisible et songeuse, l’artiste cultivait également une profonde fascination pour la littérature et la musique. Menant sa carrière loin des regards de la foule, il n’a accédé que tardivement à la notoriété. Cette exposition présente à l’aide de toiles, de pastels, de dessins et de lithographies, célèbres pour certains, rarement montrés pour d’autres, tous les thèmes de sa création, révélant ainsi les idées révolutionnaires et les innovations spectaculaires de l’œuvre de Redon, si diverse tant par le contenu que par la technique.

Ces œuvres proviennent de célèbres collections particulières ainsi que de musées suisses et internationaux, tels le MoMA de New York et le Rijksmuseum d’Amsterdam. Le Musée d’Orsay participe de façon exceptionnelle à cette exposition avec le prêt de neuf œuvres de toute première importance. Conçue comme une présentation à la fois ample et concentrée de la quintessence de la création artistique de Redon, cette manifestation met l’accent sur sa dimension avant-gardiste et, partant, sur son rôle de précurseur de l’art moderne. À l’image de Cézanne ou de Van Gogh, Redon est l’une des figures fondatrices de l’art moderne. On voit s’esquisser dans son œuvre un certain nombre de courants artistiques qui joueront un rôle capital au XXe siècle, comme le fauvisme, le cubisme, et le surréalisme, sans compter l’abstraction. Cette approche permet d’établir un lien avec la Collection Beyeler, dans laquelle Redon, sans y être représenté, n’en constitue pas moins un point de référence pour de nombreux artistes qui y figurent. C’est le cas notamment de Pierre Bonnard, Henri Matisse, Pablo Picasso, Wassily Kandinsky, Piet Mondrian, Max Ernst et même Barnett Newman et Mark Rothko. Cette exposition est organisée par groupes d’œuvres, au sein d’une chronologie libre. Ces ensembles illustrent les principales sphères d’intérêts de l’artiste, ainsi que ses rapports à la modernité. On peut évoquer ainsi, dans le contexte des « Noirs » de jeunesse, les représentations mystérieuses et oniriques de visages et d’yeux, mais aussi de fascinants hybrides entre végétal, humain et animal, ainsi que des apparitions cosmiques. «L’art est une fleur qui s’épanouit librement hors de toute règle… »

: L’épanouissement unique des couleurs chez Redon apparaît avec des scènes de nuit et le motif des yeux clos symbolisant la transition entre obscurité et lumière et dont le point culminant se trouve dans les sujets mythologiques tels que le char d’Apollon ou Pandore. Des représentations spirituelles aux thèmes bouddhistes et chrétiens font partie intégrante de son œuvre au même titre que des tableaux méditatifs de bateaux. Avec ses célèbres bouquets, Redon, poète et visionnaire de la couleur, permet enfin à la somptuosité débordante des fleurs de se transformer en hommage en bonne et due forme à la peinture pure. Dans ses panneaux muraux décoratifs de grand format destinés au château de son mécène, le baron de Domecy, en Bourgogne, il accède dès le début du XXe siècle aux formes les plus précoces de la peinture abstraite. Cette exposition a été conçue et montée par Raphaël Bouvier, conservateur de la Fondation Beyeler.£ La Fondation Beyeler nous propose une grande exposition jusqu’au 18 mai 2014 sur le peintre Odilon Redon www.fondationbeyeler.ch

Odilon Redon à Fondation Beyeler
Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 11:05

~Michel Buchs, un peintre hors du commun, qui depuis dix ans travaille en professionnel et nous livre des tableaux d’une rare force et puissance d’expression. Domicilié à Ardon il expose actuellement à Sion, à la Galerie Mounir, une quarantaine de pièces, avec divers formats qui lui permettent de parler avec liberté de ses sentiments les plus intimes et les plus marquants. La peinture de Michel Buchs ne donne pas dans l’anodin, l’anecdotique ou le superflu: elle va tout de suite à l’essentiel avec des traits épais ou plus subtils, c’est selon, une matière charnelle, une vitalité qui vient du tréfonds de ses tripes. Et si elle n’est pas toujours «joyeuse» la démarche artistique de Buchs est sincère et authentique. Marqué dans sa chair par la maladie et la souffrance, l’art lui permet de donner un sens à son existence, comme une direction et une marche intensive vers un absolu.

Vers l’expressionnisme Son art peut être qualifié d’expressionniste, on y trouve le même trait vif, acéré, nerveux, la même densité graphique, ce souffle qui sublime la douleur et la souffrance, ce même dépassement de soi et du quotidien. La peinture semble sortir de lui-même comme un jet, une évidence qui ébranle les certitudes et les valeurs habituelles du sens commun. Les titres des tableaux, les amoncellements de fauteuils roulants, de béquilles, qu’on y trouve disent bien cette torture intérieure face à une existence qui ne l’a pas toujours gâté.

L’homme peut paraître sombre et ténébreux, mais derrière cet aspect obscur vibre une lueur toujours présente, une intense énergie. Une grande présence «Il s’agit de ma première exposition depuis cinq ans; j’ai bien évidemment travaillé avec ardeur durant toutes ces années surtout sur de grandes sculptures , notamment pour Ferrari et la ville de Montreux. Je baigne maintenant dans un monde artistique puisque je vis avec la talentueuse artiste Ana Keim, originaire de Buenos Aires, qui a beaucoup d’énergie et de créativité. Elle expose actuellement au musée de Mézières, elle peint et dessine tout le temps, son travail est par ailleurs très respecté dans le milieu professionnel. En mai 2013 nous avons monté une exposition à quatre mains....»

Un titre original

«Anormal: ce qui est normal chez les anormaux» Léo Campion, un titre énigmatique mais qui se révèle rapidement dans toute sa signification lorsque l’on voit dans la galerie les amoncellements de chaises roulantes, dessinées, peintes à l’huile ou au crayon ou lorsque l’on découvre les sculpture composées de tiges soudées représenant également des chaises roulantes ou des béquilles. Cette thématique est partie d’un tableau fait à quatre mains figurant un petit enfant dans une chaise roulante. «Il ne s’agit pas de faire pleurer sur le handicap mais de créer une certaine distance qui permette de relativiser les choses et les malheurs de l’existence.

On peut ainsi découvrir à la galerie Mounir des chaises roulantes de course, de celles datant de 1950, 1930, de chaises ou de béquilles érigées en tours,... bref un travail dans lequel je m’engage à fond.» «J’ai décomposé des chaises et en ai fait des constructions architecturales , en étant intransigeant avec les lignes , les formes, les cadrages. Pour ce qui est de tableaux ce sont des véritables fresques avec plusieurs niveaux de lecture. J’aimerais «élargir» la tête du public au niveau de la perception.» £ Exposition des œuvres, peintures et sculptures de Michel Buchs à la galerie Mounir à Sion, rue de Conthey 15, jusqu’au 16 février. Ve 10 h-19 h. Me-Je-Sa-Dim 14 h 30 à 19 h

Michel Buchs: un art expressif
Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 15:33

~Nicolas Bouvier représente avec Ella Maillart, Lorenzo Pestelli, Aude Seigne récemment.... les écrivains voyageurs de Suisse romande. Nicolas Bouvier nous a offert des chefs- d’œuvre comme «Poisson-Scorpion», un ouvrage qui a mis en évidence un parcours intérieur éloquent et qui a su toucher le grand public. Aujourd’hui les éditions Payot nous offrent un nouveau livre de voyages inédits avec «Il faudra repartir», des textes non encore publiés et qui nous font découvrir un Bouvier curieux de tout, à la plume alerte, sensible, qui nous emmène vers la profondeur des êtres, des paysages et de l’existence.

Il s’agit en fait de textes inédits de Nicolas Bouvier (1929-1998) rédigés en des pays sur lesquels il n’a rien publié de son vivant. Des textes poétiques et colorés qui ont été trouvés parmi les archives de l’écrivain sur près d’un demi-siècle. Le tour de monde Ainsi en 1948, le jeune homme de dix-huit ans effectue un voyage entre Genève et Copenhague et écrira ses premiers récits, des illusions qu’il veut «rendre réelles»..

En 1957 et 58 ce sera au tour de la France et de l’Afrique du nord, des contrées relativement proches de Genève mais qui réservent des surprises et des nouveautés toujours saisissantes, intéressantes. Puis les voyages s’enchaînent, l’Indonésie en 1970, la Chine en 1986 et le Canada en 1991: des endroits, des gens, des relations au quotidien, le poids existentiel des êtres et des situations, «autant de voyages initiatiques aux divers âges de la vie». Plus tard en 1992, Nicolas Bouvier battra le pavé des routes néo-zélandaises, dans un esprit d’émerveillement, d’enthousiasme et de découverte hors du commun, avec une envie en quelque sorte d’appréhender le réel, et de le rendre plus vivant, plus modulé encore. Nicolas Bouvier, un observateur hors pair, un arpenteur, un «géomètre» de l’âme, de ses territoires intérieurs, qui est disponible, attentif, ouvert au monde, un portraitiste particulier, avec la brièveté des notations, des feuilles de route, dans toute leur spontanéité et leur fraîcheur, leur aspect brut et vital, une vraie découverte. S’y ajoutent les aspects ethnographiques, historiques, photographiques et poétiques. Un ouvrage qui vous fait voyager, réfléchir et qui vous met en contact avec vous-même en phase aussi avec le monde extérieur. £ Jean-Marc Theytaz «Il faudra repartir» de Nicolas Bouvier, chez Payot , textes réunis et présentés par François Laut, en collaboration avec Mario Pasa.

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 15:29

~Communiqué de presse et J-m theytaz Alberto Giacometti, Marino Marini et Germaine Richier, trois artistes majeurs dans la représentation du corps humain. Leurs œuvres sont actuellement exposées à Lausanne, au Musée des Beaux-Arts, une expo de grande qualité avec des itinéraires d’artistes suisse, italien et français qui débutent leurs cursus académiques dans leur pays respectif avant de se rendre à Paris, ville phare de l’entre-deux guerres, un lieu international de culture et de rencontre. Nouvelles voies La réflexion de ces artistes sur la représentation académique du corps les pousse à s’éloigner de la tradition pour explorer de nouveaux modes de figuration et de vision du corps humain. Le corps, le visage humain sont des énigmes et les artistes les scrutent depuis des siècles: ainsi depuis leurs années d’apprentissage jusqu’à leur maturité, dans la sculpture, les arts graphiques ou la peinture la figure demeure au centre de leurs préoccupations.

Lieu de voyage, de découverte, de recherche, d’explorations, d’innovation aussi. Malaxer la matière, la façonner, la mouler, la triturer, la polir, en ressentir les vibrations, les nœuds, les intensités, les tensions, ces trois artistes ont poursuivi dans la voie de la figuration alors qu’ils auraient pu se tourner vers l’abstraction, un mouvement tendance à l’époque.

Ainsi Alberto Giacometti, Marino Marini et Germaine Richier proposent de «nouvelles images de l’homme». Terre, plâtre rejoignent des formes ordinaires ou plus novatrices, dans les genres classiques de la tête, du buste, de la figure en pied et dans le cas de Marini du portrait équestre. Des œuvres majeures Des moments forts sont à découvrir avec l’ «Homme qui chavire» de Alberto Giacometti, le «Cri» de Marino Marini oul’«Orage» de Germaine Richier, des étapes de création qui apportent des solutions aux méthodes de «perception du corps, de l’expression de l’échelle, de la traduction du mouvement.» Les techniques diffèrent avec les âges, les époques et le travail de la matière tel qu’il se faisait avant, avec l’empreinte des doigts qui s’insinue dans la terre n’a plus rien à voir avec les formes lisses et arrondies d’autres époques, avec des lumières et des transparences pures. Les temps changent, les perceptions évoluent, les techniques se modifient, les sensibilités elles aussi varient avec les modifications de la société, voilà l’art en mouvement, toujours changeant, toujours nouveau. Desdizaines d’œuvres d’art «Giacometti, Marini, Richier. La figure tourmentée» 70 sculptures et œuvres graphiques, réunies à Lausanne en provenance de collections suisses et internationales. Une exposition vivante, qui aborde l’humain avec empathie, dans un esprit de rencontre et de découverte esthétique envoûtante. Les approches et les sensibilités diffèrent, l’authenticité et la force d’expression demeurent. Toujours la finesse, la sobriété et le souffle intérieur.£ «La figure tourmentée. Alberto Giacometti, Marino Marini, Germaine Richier», Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, jusqu’au 27 avril 2014

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 19:23

~Le Manoir de Martigny nous fait traverser les continents, les espaces géographiques et temporels, émotionnels et mémoriels, il nous emmènent jusqu’en fin février découvrir les créations d’artistes chinois: l’art comme communication et échange, passage, rencontre, découverte de l’autre voilà un voyage qui exalte le goût de connaître du visiteur. L’exposition acutelle s’intitule, «L’Esprit de la Montagne», un échange culturel Suisse--Chine, avec Hua Jianguo, Li Jian Qiang, Wang Hong Wei, Xie Bing Yi, Franklin Chow, Vidya Gastaldon, Martina Gmür, Alexandre Joly, Kotscha Reist.

Une histoire récente

C’est en 2010 que le Manoir a mis sur rails le premier volet d’une série d’expositions consacrées à l’art chinois avec l’exposition «WORK» rassemblant les œuvres de trois artistes chninois. «WORK» racontait l’étrange relation esthétique entre l’Orient et l’Occident à la lumière de l’irréversible mouvemment d’ouverture culturelle qui s’installe dans la socitété chinoise...»

La thématique mettait en scène notamment les nouveaux «protagonistes» de l’économie de marché: les travailleurs et les paysans qui peuplent les villes.

Une exposition qui a permis de développer les liens entre le Manoir et le Henan Art Museum et qui aujourd’hui a conduit les organsiateurs à monter «L’Esprit de la montagne». Un amour communpour la montagne Le thème choisi correspond aux dominantes géographiques de ces régions, la montagne, commune aux habitants du Henan et à ceux du Valais. Aussitôt apparaissent des recherches et des apirations communes, le regard vers le ciel, le lien entre la terre et le ciel, horizontalité et verticalité, lieux de méditation, de contemplation, de réflexion, de prière, univers de l’absolu, «l’homme dans une aspiration universelle, spirituelle et artistique.»

La montagne est aussi une source d’inspiration sans fin pour les artistes, elle nourrit l’imaginaire:«La puissance de la nature et le tout vivant trouve dans la Montagne son apothéose. Face à cette verticalité les souffle de la vie apparaît plus palpable, il nous transperce...» nous disent les artistes invités du Manoir de Martigny.

La montagne sauvage, temple et lieu sacré, la montagne comme lieu de vie aussi, quelque peu domestiquée, économique, culturelle.

Echanges en résidence

Pour stimuler la création et trouver des chemins inconnus encore, 4 artistes chinois sont venus en résidence trois semaines à la Fouly au printemps 2013. Cinq artistes suisses ont fait le voyage vers la Chine pour une création in situ dans les monagnes Taihang. Une insertion, une immersion dans la chair et l’histoire d’ une région, dans son vécu existentiel, rien de tel pour ressentir les pensées cachées et l’âme d’un pays. Les travaux effectués durant ces séjours en résidence ont été montrés dans le cadre d’une exposition au Henan Art Museum, et aujourd’hui c’est le tour du Manoir de mettre en évidence le fruit de ces échanges. On peut y découvrir des ouvres sur papier, des intallations, des huiles, de la video, toujours avec un lien direct avec l’univers minéral de la montagne, des neiges éternelles, des glaciers qui réverbèrent la lumière divine. Les œuvrs proposées sont multiples, touchent autant au figuatif qu’à l’abstrait.

L'Esprit de la Montagne au Manoir de Martigny
Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 14:23

~Photographies et céramiques, c’est la nouvelle exposition qui sera vernie ce vendredi à la Tour lombarde avec les œuvres de Magalie Comte, céramiste et les réalisations de Valérie Pinauda. Une exposition à quatre mains pour une expérience intéressante inversant les schémas habituels: la photographie pour sublimer la terre, la sculpture pour transcender l’image. Habituellement le photographe s’empare de la sculpture par la photo, ici le flux de création va dans l’autre sens: «la céramiste sculpte selon son imaginaire et la photographe redonne vie à cette chair sablée et figée». Et à travers l’objectif les contrastes prennent forme, ombre et lumière dansent, irradient, s’enflamment mutuellement. L’argile devient comme magique dans une opération de transmutation, et l’on assiste à une alchimie, une complicité, une concordance, une conjugaison de sensibilités entre les deux artistes qui donne vie à des œuvres vibrantes et émouvantes. Valérie Pinauda a commencé à faire de la photo avec la technique argentique, saisissant des instantanés du quotidien, parcourant la nature et les paysages. Puis elle s’est approchée du corps humain pour en découvrir les secrets et les faces plus cachées. Elle obtient son diplôme à l’Ecole de photographie de Vevey. Après cela elle parcourt le monde durant de nombreux voyages, fréquentant aussi les plateaux de cinéma ... elle a reçu notamment une récompense pour un cliché dans Best Pictures von Keystone en 2008. Depuis 2011 elle s’est lancée dans une carrière d’indépendante à Saint-Pierre-de-Clages. Avec Magalie Comte, céramiste, elle partage un certain nombre d’approches et décide dans son studio de créer une symbiose entre sculpture et image. Le résultat est à découvrir à Conthey. Magalie Comte, fut d’abord fascinée par l0e secret des plantes; puis elle découvrit la terre d’argile et alors sa passion pour la scultpure, la céramique, se réveilla. Elle a déjà participé à plusieurs expositions notamment dans une expo collective avec l’atelier Danaga à Saxon. A la Tour lombarde, lignes et formes se croisent, se prolongent, se brisent, se conjuguent, les corps sont autant d’univers à explorer et à découvrir, reliefs concaves et convexes, ombres et lumières en creux, tout pour voyager dans un univers esthétique et artistique avec Magalie Comte et Valérie Pinauda. £Exposition Magalie Comte, céramiste, Valérie Pinauda, photographies, Tour lombarde Conthey.

Valérie Pinauda et Magalie Comte à la tour lombarde
Valérie Pinauda et Magalie Comte à la tour lombarde
Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article