Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 18:31

 

Un nouvel ouvrage de Jérôme Meizoz vient de sortir de presse aux éditions Zoé, «Séismes»: un livre d’émotions, de rencontres avec la vie, avec les gens, avec soi-même, dans une écriture minimale, vive, rythmée qui nous met en face de la réalité et de ses méandres.

 

Jérôme Meizoz de Martigny est professeur de littérature à l'université de Lausanne et vit dans le canton de Vaud.

 

 Il a déjà publié plusieurs ouvrages dont «Morts ou vifs» chez Zoé, qui a été le «Livre de la fondation Schiller 2000», une récompense significative dans la littérature romande qui est actuellement foisonnante avec une jeunesse prolixe et entreprenante comme Joel Dicker, Quentin Mouron ou Aude Seigne par exemple.

Jérôme Meizoz a également publié des livres clefs dans son parcours comme «Destinations païennes», «Les désemparés», «Le rapport Amar», «Père et passe», «Fantômes» illustré par le peintre Zivo aux éditions d’En Bas.

6zr5r50.jpgDes livres qui parlent entre autres des petites gens, de la vie sèche et riche à la fois de certains villages valaisans au XXe siècle, avec leurs secrets, leurs embrouilles familiales, leurs interdits, leurs faux-semblants, leurs désirs cachés, leurs peurs enfouies, leurs croyances et leurs espérances, leurs singularités et leurs lâchetés parfois...

 

Moments-charnière

 

«Séismes» se passe aussi dans les années 1970 , nous faisant découvrir une bourgade dans laquelle «un enfant avance vers l’âge d’homme» comme nous le dit son éditeur. Un itinéraire parsemé d’émotions, d’embûches, de questionnements, qui nous prennent par le sentiment, le cœur et les tripes comme le dit le dicton populaire.

Une sorte de pèlerinage qui nous conte les surprises et les chocs qu’un jeune peut rencontrer lorsqu’il découvre un nouveau monde, avec ses nouvelles règles, ses nouveaux code, ses nouveaux repères et ses nouvelles sensations.

«Dans tout ce livre règne une gaité cruelle, proche de celle d’un Fellini ou d’un Prévert, pour tenir en respect la «tristesse qui ferment en silence comme un vin abandonné.»» Derrière les traditions bien ordonnées qui règlent l’espace et le découpage temporel du monde rural avec la campagne, l’élevage, la nature, les saisons, il y a dans cette époque la place toujours importante de la religion avec les craintes qu’elle apaise, la croyance rivée au quotidien, les Sœurs qui «ont épousé Jésus», la Vie éternelle, un drame aussi, le suicide de la mère...

 

Et puis cette époque fut aussi marquée par l’arrivée de la modernité avec la télévision, un univers fascinant...

Et encore, d’une importance existentielle vitale, les premiers émois, les filles, Tine, les autres.... qui font battre le cœur et s’assécher la gorge, tout un climat de tendresse et d’angoisse, de brûlure et d’amours perdus...

 

«Séismes» de Jérôme Meizoz, aux éditions Zoé

Partager cet article

Repost 0
jean-marc theytaz - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-marc theytaz
  • : Textes poétiques, de création- Textes critiques sur des expositions d'art, des sorties de nouveaux livres en Valais et en Suisse.
  • Contact

Recherche

Liens