Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 17:52

Cécile Giovannini et les arts visuels, la peinture, l’illustration, la bande dessinée… une histoire de passion, d’osmose, de vocation même, ses parents ont l’âme créatrice.
Le geste artistique, elle le porte en elle-même comme une respiration profonde, en accord avec le monde qui l’entoure, mais aussi avec son univers imaginaire et onirique pour, dans les formes, les couleurs, les rythmes intérieurs, construire des histoires et des cosmos qui lui sont propres.
« J’ai suivi une formation de 5 ans à l’Epac, à Saxon. J’y ai étudié la narration, la peinture et le dessin académique. Après mes études j’ai eu la chance d’être rappelée par la directrice pour donner des cours d’illustration à l’Epac, une expérience enrichissante. »

Cécile Giovannini débute sa carrière évidemment par des travaux personnels  mais également en s’engageant et s’intégrant pleinement dans le collectif.
Un Prix vient la récompenser et la motiver fortement en 2013, le prix jeunes Artistes suisses- Visarte.
«J’ai eu la chance de travailler dans des domaines de l’art très différents, souvent pour des musiciens et j’aime beaucoup ça, le visuel et la musique sont très complémentaires. Le premier à m’avoir fait confiance a été Disiz LA Peste, rappeur français qui fait carrière depuis 15 ans maintenant.. S’en sont suivies des collaborations avec les groupes Grand Pianoramax et Yellow Teeth  ou avec la créatrice de bijoux Baies d’Erelle…»
«Mon  travail, qu’il soit pictural, bande dessinée, ou graphique, parle de l’humain. L’esprit humain me fascine , ce qu’il cache, ses forces,ses failles. »
Cécile Giovannini affectionne aussi le portrait: «Un artiste contemporain que j’admire beaucoup, Andrzej Bed Narczyk m’ a dit une fois que mon travail était du «Réalisme mental», j’aime cette définition. »

 

La féminité

La féminité est chez Cécile Giovannini un thème récurrent, non pas dans sa technique ou son style, mais dans son symbole. «L’art me permet de me mieux me comprendre moi-même aussi, en tant que fille, en tant que femme.»

Imagination

Si on devait lui attribuer des influences et inspirations d’artistes majeurs, la critique a parlé de Henri Rousseau et de ses couleurs vives, de ses compositions franches. De Hopper avec son approche particulière de la temporalité, et même de Michel-Ange pour ses mises en scène, ses architectures, ses constructions magiques. On y découvre des personnages vifs, aux contours très précisément dessinés, avec cette pureté et cette distance à la fois, qui disent un monde qui nous interpelle et nous parle avec un verbe fort. Sa technique: la peinture à l’acrylique qui permet une expressivité et des modes de langages très hétérogènes. Ses principales influences proviennent tant du cinéma.

Partager cet article

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article

commentaires