Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 16:06

Je m'en vais

Astre solaire en expansion

ondes chaudes et vibrantes

sur l'étang mauve

le cœur bat

les veines se gonflent

le cou se tend

noisetiers nus

dans l'hiver beige

le temps s'en vient

le temps s'en va

la campagne

rythme la saison vive

je m'en vais

lentement

à reculons

 

Mort du fennec

Le grand duc du désert

rase de son vol furtif

le sable chaud

son œil hypnotique

à l'iris orange

a immobilisé le fennec

la mort est toute proche

entre les griffes acérées du rapace

 

Hiver

Saison de la lucidité

de la dénudation et de la présence

Lieu vierge distance et temps

Terres de papier vergé

de la conscience pleine

et d'os blanchis

L'hiver m'habille

tout de lin blanc

Silence de glace

Le silence de cristal

près de l'herbe vagabonde

l'eau du canal et ses calottes de verre

ont immobilisé la lumière

je regarde le soleil

se briser en miettes légères

dans la plaine balayée

par les congères matinales

 

Regard de froidure à Sofleu

Sur la branche fragile

un bec croisé des sapins

sur le sol des cônes éparpillés

le froid a saisi la forêt

dans mon corps

les tremblements infimes

de ton regard

 

Jour blanc

Les flocons légers

sur les branches de noisetiers

fleurs vierges de cerisiers

en suspension

Une écriture de transparence

qui me prend à la gorge

les corneilles cisaillent le ciel

je rentre à la maison

 

Plain chant

Hautes pentes venteuses

soleil de jasmin aux coulées de miel

je vois des liserés de fougères blanches

qui volent dans le ciel

flexions d'azur dans ma tête étourdie

l'heure est de limaille et d'ondes labiles

mon regard s'appuie sur les herbes folles

qui dansent

dans les prairies aériennes

plain chant

au cœur de l'aube naissante

 

Procession

Le chien court sur la berge du fleuve

la chouette effraie plonge sur les vers

chenilles et campagnols cachés

dans le tapis de feuilles mortes

le jour a tourné sur la couronne des aulnes

La lumière filtre dans les branchages

fuyants et broussailleux

la procession des âmes

défile silencieuse

dans le crépuscule orangé

 

Froidure à Bramois

Les rideaux nocturnes

se sont retirés

le froid acide a immobilisé

le ruisseau devenu silence bleu

mes pas dans le pré de givre

sont des fleurs de verre

des îles matinées d'étoiles fragiles

prière d'azur déposée

au centre d'un matin de froidure

 

Les brebis de Bramois

Le bâton noueux dans sa main calleuse

le Berger au centre de la plaine brumeuse

rassemble ses brebis laineuses

L'hiver et ses étoiles de givre

poudroient les frênes solitaires

errent dans l'immensité de l'aube

chants et murmures du canal

l'eau et ses lumières vertes

emplissent

mon coeur

 

Les Mosses à l'an nouveau

Les moineaux pépient

dans les bosquets

et les taillis brûlés

la saison souffle

des embruns

chargés de marjolaine

et de sapin frais

le sentier est couvert

de glace vive

Noēl vert

le ciel et les prairies d'herbe rase

se joignent

à l'horizon de ton regard

le temps est vitrail

de vive transparence

 

Crépuscule d'or

Les feuilles d'or

sur la montagne blanche

le soleil descend

derrière l'arête

le vent s'est niché

dans la corniche faconnée

par le crépuscule

les abeilles ont regagné

leurs ruches colorées

 

Espérance de Noël

La valériane dans tes mains douces et fragiles

le mauve de la bruyère au milieu des éboulis

le monde s'agrandit

le pin crochet et le pin couché

font se rejoindre les horizons

l'arolle centenaire

prie à voix basse

le lagopède dans les embruns neigeux

de la combe solitaire

murmure des serments passés

des chansons d'antan

l'hiver tarde à venir

les herbes rases dansent dans le soir

Noël est passé discrètement

l'espérance est profonde

qui nous offre la rédemption

l'éternité dans la lueur d'une lampe à pétrole

 

 

 

 

 

 

Les Mosses 1 janvier 2017
Les Mosses 1 janvier 2017
Les Mosses 1 janvier 2017

Les Mosses 1 janvier 2017

Partager cet article

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article

commentaires