Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 16:43

La Maison de la Commune de Savièse accueille maintenant une salle forte et symbolique dédiée au peintre Albert Chavaz qui fait toujours référence lorsque l’on parle de l’Ecole de Savièse avec Ritz, Dallèves, Bieler et bien d’autres.

De plus la peinture de Chavaz est chevillée au patrimoine pictural du Valais, elle représente un repère, une sorte de mémoire et d’inconscient collectif qui rassemble nombre de jalons identitaires. Il fait partie d’une forme de patrimoine collectif qui contient les racines d’un pays qui est passé en quelques générations de la ruralité à la modernité.

La tradition est traitée chez Chavaz avec authentitcité, pureté, simplicité et profondeur. Il s'est impliqué dans sa peinture de manière totale, comme emporté par un élan artistique qui l'a fait peindre sa vie durant. Une vocation, une adhésion au monde, une fenêtre ouverte sur l'espérance, notamment dans ses vitraux et ses compositions qui touchent parfois à l'abstraction.

Un artiste qui a su dire le Valais comme un poète...

Biographie-express

Albert Chavaz naît le 6 décembre 1907 à Genève. 1915 Il passe sept ans au Collège Saint Joseph à Thonon, où il a, dit-il, «pris le goût de la liberté : quand je sortirai d’ici, je serai libre». 1922 Vers l’âge de 15 ans, il dit avoir eu sa première vision de peintre, face à «un mur blanc, un toit rouge et le ciel, j’ai vu en «peintre» et je cours toujours après cette première vision». 1927 Durant cinq ans, de 1927 à 1932, il fréquente assidûment l’Ecole des beaux-arts de Genève. Ses principaux maîtres sont Fernand Bovy, Philippe Hainard, Serge Panke, James Vibert, François-Joseph Vernay.

Il reçoit la bourse Lissignol-Chevalier. Il se lie d’amitié avec Albert Decarli, Emile Chambon, Paul Monnier et Pierre-Barthélémy Pitteloud... 1929 Il exécute avec Emilio Beretta les peintures murales de la maison Efrem Beretta à Locarno : «Les œuvres de la miséricorde».

1931 Chavaz reçoit le prix Harvey pour son portrait de Jeanne Delabays. 1931 A partir de cette date, il participe à tous les Salons de la section genevoise de la SPSAS. 1932 Le Groupe romand de la Société de Saint-Luc est créé Chavaz en fait partie.

1933 Une bourse de la Confédération lui donne la possibilité d’étudier à Paris «Académie de la Grande Chaumière à Montparnasse.»

1934 Le prix Harvey pour le portrait lui est à nouveau accordé. La même année, engagé par Edmond Bille, il participe durant six mois à la décoration de l’église de Fully en compagnie de P. Monnier et de J. Gautschi. Il ne se doute pas, à ce moment-là, que le Valais le retiendra sa vie durant.

1935 Le décorateur Louis Moret l’invite à exposer pour la première fois dans sa galerie privée . 1939 Lors d’une promenade à Savièse, il fait la connaissance de Julie Luyet. En 1940, il l’épouse et s’installe désormais à Granois, village de la commune de Savièse. Six enfants naîtront de cette union. Même si les besoins sont modestes, les temps sont difficiles. Son épouse et ses amis l’encouragent et le soutiennent. »

A chaque naissance, disait-il, une commande se présente, comme par miracle. Nous vivons de presque rien, mais nous sommes heureux.

« 1941 Un ami, directeur de banque à Sion, lui octroie en signe d’amitié et d’admiration un prêt sans garantie, relativement important pour l’époque. Au bénéfice de cette sécurité, Chavaz continue à peindre librement, avec acharnement, et entre dans sa période la plus faste.

Son talent, son sens de la vie et de la nature, lui permettent de dégager l’essentiel des singularités paysannes, sans se laisser aller au genre du folklore et du pittoresque. Il fuit les modes, recherche la vérité et n’est l’homme d’aucun système. Dès 1940 et presque jusqu’à la fin de sa vie, Chavaz réalise, dans toute la Suisse, de nombreuses peintures murales, vitraux, mosaïques et céramiques, dans les églises, les chapelles, les banques, les écoles, les institutions et chez les particuliers. Il illustre également plusieurs livres et élabore quelques affiches. Il se familiarise avec toutes les techniques et maîtrise de mieux en mieux son art. 1985 Le Conseil de la Culture du Canton du Valais lui remet le prix de consécration. 1987 La Commune de Savièse lui offre généreusement le titre de bourgeois d’honneur, ce qui lui procure une immense joie. Une grande exposition est organisée à la Maison de Commune pour fêter son 80ème anniversaire. 1990 Le 17 janvier, Chavaz décède à l’hôpital de Sion. Quelques jours avant sa mort, une amie vient lui rendre visite avec un bloc et un crayon. Malgré la maladie et les troubles de la vision, il dessine pour la dernière fois et fait d’elle un portrait fort et émouvant.

Albert Chavaz repose au coté de son épouse Julie à St-Germain, Savièse.

Albert Chavaz, une présence permanente à Savièse

Partager cet article

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-marc theytaz
  • : Textes poétiques, de création- Textes critiques sur des expositions d'art, des sorties de nouveaux livres en Valais et en Suisse.
  • Contact

Recherche

Liens