Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 15:54

~~Aparin un artiste de talent expose dès aujourd’hui à la galerie de Montreux: une dimension universelle et rayonnante pour ce¨ peintre que l’on pourrait également considérer comme un philosophe.

Slobodan Despot a rédigé un essai sur cet artiste qui pose des questions, offre un regard, multiplie les lectures de son environnement.

L’univers de Sergej Aparin n’est pas inconnu du public suisse romand. «Il était, voici une vingtaine d’années, l’un des astres les plus brillants de la constellation réunie par le regretté Étienne Chatton dans son Musée d’art fantastique logé au château de Gruyères. Le lieu était magique en soi, la fraternité d’Étienne l’avait élevé vers une quatrième dimension, celle qu’on ne vit que dans les rêves éveillés. L’enthousiaste conservateur imposait à ses hôtes des sujets qu’ils illustraient avec bonheur — le plus fréquent étant le château lui-même. Ainsi avons-nous vu ses pierres médiévales se refléter dans les visions sidérantes d’un Patrick Woodroffe, d’un Iouri Siomash, d’une Isabelle Planté, et j’en passe» nous dit Slobodan Despot..

L'homme visionnaire a su maintenir des ponts, relier les cultures de l’Est et l’Ouest du continent, ce qui n’est pas une sinécure en ces périodes de troubles permanents. La montée à Gruyères était un pèlerinage à la découverte de ces poèmes visuels « ces bains de jouvence de l’imagination dont les créatures de H. R. Giger, telles des sentinelles de cauchemar, gardaient le portail. Au bout de ce sentier pavé, derrière le Bouclier de Mars et le Bouclier de Vénus de Woodroffe, parmi la poutraison massive des combles, un cercle d’initiés célébrait un culte transtemporel où les visions antiques se mêlaient aux diodes et aux rouages de l’ère spatiale.»

Sergej Aparin c’est une patine personnalisée, une atmosphère spécifique...et puis il y a également la nostalgie , «fleuve du temps», une dimension particulièrement présente dans l’œuvre d’Aparin, le «temps qui dissout l’espace et réconcilie les contraires» «Son diptyque La femme et l’homme du château de Gruyères (1997), hommage hybride et non voilé aux portraits flamands de Van der Weyden, de Van Eyck ou de Robert Campin, me semble résumer au mieux la cosmogonie aparinienne de cette époque-là. Hémisphère gauche : la femme, avec des oreilles devenant des arbres et une vache au sommet du crâne. Hémisphère droit: l’homme, grave, tenant entre ses doigts un rouage et sur le front un château de Gruyères transformé en horloge. A gauche, Mère Nature, le donné, l’inné, l’indolent. A droite, l’Homme, soucieux, hiératique, technicien et maître du temps.»

Purification lémanique

Et puis on peut également parler de la série de Lavaux avec le symbolisme qui vient prendre la place du fantastique Le symbolisme, omniprésent dans la série Gruyères, est pour ainsi dire absent de la série Lavaux Le grand soleil provençal du Léman, les architectures, les géométries du Lavaux . Aparin s’est-il laissé prendre par la beauté éblouissante du Lac ? Il n’aurait pas été le premier à y succomber. Paul Morand, qui habita la région une grande partie de sa vie, mais qui avait beaucoup voyagé, comparait le paysage de Lavaux aux «créations les plus exaltantes du génie humain, tel le Taj Mahal.» Byron et Shelley ont également vécu cette beauté lémanique au plus profond de leur âme et de leur cœur, «fixant l’esthétisme du romantisme».. Ramuz, voyait dans le Lavaux une intégration raisonnable de l’humain dans son environnement De Bocion, Calame, Hodler, Diday autant d’artistes qui se sont comme Aparin laissés hypnotisés par les vibrations lumineuses d’un lac et de ses vignobles.

Le peintre Sergei Aparin à Montreux, galerie Plexus

Partager cet article

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-marc theytaz
  • : Textes poétiques, de création- Textes critiques sur des expositions d'art, des sorties de nouveaux livres en Valais et en Suisse.
  • Contact

Recherche

Liens