Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 16:46

~David Brülhart est passionné de gravure: il a exposé notamment à la galerie Grande-Fontaine de Sion. Des personnages, des silhouettes fantasmagoriques, des paysages aux ombres appuyées, ou des étendues neigeuses, des montagnes désertiques où plane un air de solitude, ses gravures nous emmènent dans un rythme et une musique intérieure particulière. «Dans les noirs charbonneux et romantiques, le travail de David Brülhart raconte, par le biais du dessin, de l’estampe ou du roman graphique, des scènes de vie, dont les protagonistes aux corps morcelés par le cadre de l’image peuvent s’apparenter à des spectres. Une tension entre l’image et l’emploi de la matière industrielle se noue, évoquant une forme d’utopie défunte.» précise Marie Gyger, historienne d’art. David Brülhart travaille la gravure depuis plusieurs années. Il utilise fréquemment le plexiglas comme support et en tire des créations surprenantes et inédites.. Son parcours professionnel se conjugue à la fois sur le plan de l’image narrative au niveau de l’édition où ses livres «Corps Carbone» (2012), «La vie sauvage» (2016) se développent sur le principe de l’hypergraphic, où poésie, images muettes, art séquentiel construisent ou déconstruisent la narration.

David Brülhart touche également au monde de l’art contemporain avec des expositions qui présentent des «narrations sous forme d’installation». Il a ainsi déjà présenté ses œuvres au Manoir de Martigny, au Kunsthaus de Grenchen ou encore à la galerie Hofstetter à Fribourg. Il a également reçu plusieurs résidences ( Venise, Paris ou encore l’atelier GE grave à Genève) ou bourses (fondation Bédikian, Bourse Jean Tinguely)

Etranges objets

Les objets de Flavanio Salzani proposent eux des créatures de terre cuite au sexe incertain, homme et femme en même temps, qui ont des expressions bien à elles avec des mimiques séduisantes et fantaisistes, avec le rire ou plutôt le sourire accroché sur le visage. Des créations que l’artiste peut aussi façonner à partir d’objets provenant de lieux insolites comme des déchetteries. «C’est mon magasin préféré, ma bibliothèque» souligne-t-il. « Au milieu de l’abandon accumulé, il trouve les symboles d’une vie qui lui échappe, des traces de cet humain qu’il ne se lasse d’approcher avant de s’en éloigner. De quatre planches, il crée une image tendre et dérisoire, quelques graffitis plus tard. Une batterie devient un train, une planche à fromage, un astre.»

David Brülhart , Flavanio Salzani: créateurs originaux

Partager cet article

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-marc theytaz
  • : Textes poétiques, de création- Textes critiques sur des expositions d'art, des sorties de nouveaux livres en Valais et en Suisse.
  • Contact

Recherche

Liens