Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 17:20

~Les photographies de Luc Chessex ont été exposées au Musée de l’Elysée à Lausanne en 2014 avec comme thèmes: «Castro», «Coca», «Che», «Cherchez la femme».

Luc Chessex vécut de 1961 à 1975 à Cuba. Membre de l’agence Prensa Latina, éditeur photo à la revue Cuba internacional, il a été un témoin engagé de la révolution.

Le Musée de l’Elysée a présenté quatre séries de photographies de son séjour: «Cherchez la Femme», «Le Visage de la Révolution», «Che et Coca».

L’exposition a été réalisée à partir de nombreux tirages originaux, de publications, d’articles de presse et d’un livre inédit sur la femme cubaine. «Cherchez la Femme», présenté à La Havane en 1966, est un travail sur la femme cubaine, au-delà du discours politique. C’est également une réflexion sur la photographie, présentée à La Havane sous le titre de «photo- mentir», à l’encontre des idées reçues de la photographie comme «miroir du monde».

Le «Visage de la Révolution» a été publié en 1969 par l’éditeur suisse Hans-Rudolph Lutz. Il s’agit d’un essai sur la représentation de Fidel Castro sur les murs, sur les affiches et dans l’iconographie populaire. Luc Chessex évite toute propagande en accompagnant son travail d’«anti-légendes», laissant le public interpréter librement ses images. Ce qui permet une lecture très contemporaine de son travail. Les séries «Che» et «Coca» font partie du projet «Quand il n’y a plus d’Eldorado», une rétrospective du photographe publiée en 1982. La première suit les traces boliviennes du «Che», la seconde porte sur l’image iconographique de «Coca-Cola». Ces deux figures se partageaient symboliquement l’espace public, le mythe le disputant à la publicité dans une confrontation ironique. «Quand il n’y a plus d’Eldorado», un film de Claude Champion (1980), avec des textes de Jacques Pilet et réalisé à partir des photographies de Chessex, sera présenté en continu durant l’exposition.

Partager cet article

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article

commentaires