Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 16:12

~Josep Baqué, un artiste très inventif qui a exposé au Musée de l’Art brut de Lausanne et qui nous présente un bestiaire multiforme, traversé de monstres et d’êtres hétéroclites aux corps polymorphes. Josep Baqué est originaire de Barcelone où il est né en en 1895. Déjà tout jeune il montrait un caractère rebelle, remuant, un peu hors des normes et des schémas sociétaux habituels. Alors que son père travaille dans une fabrique de carreaux de céramique il découvre avec son oncle les arts décoratifs et l’imagerie populaire au travers d’estampages de textiles. L’imprimerie, les arts graphiques l’intéressent très tôt et il aime à feuilleter les magazines parsemés de photos et de couleurs. A 17 ans il part pour l’Allemagne, la France, devient manutentionnaire, tailleur de pierre... Il revient ensuite en Espagne après 1914 pour remplir ses obligations militaires et devient gardien de la paix, profession qu’il exercera durant de nombreuses années jusqu’à son décès en 1967. D’un caractère discret, réservé, sur la retenue , il créera un univers riche de personnages et d’animaux fantastiques: sa production réunit 454 planches groupant 1500 dessins classés en 9 catégories dont les animaux et les fauves, les hommes primitifs, les chauve-souris et les insectes, les araignées géantes, les poulpes, seiches et crustacés, les animaux à plumes... L’exposition de Lausanne présente une cinquantaine de planches provenant de la Collection de l’Art brut et d’une collection privée.

Univers fantastique

Sur les planches de ses débuts on trouve des animaux, loup, cerf, singe, bouc, éléphant... interprétés de façon plutôt naïve. Mais peu à peu les formes de ses réalisations deviennent plus élaborées, sophistiquées , et les assemblages de couleurs plus riches. Ce qui marque particulièrement son œuvre est le souffle inventif de Baqué qui crée des êtres de toute pièce, sortis du néant en quelque sorte et qui sont uniques. «Cependant, s’il refuse l’uniformité, il reprend les mêmes détails élémentaires qu’il combine et réorganise, variant les formes et les couleurs au gré de son imagination, nourrissant ainsi la dimension obsessionnelle de son œuvre.» Un univers fantastique mêlant humains, animaux, êtres hybrides, un conte où chacun peut découvrir des dimensions nouvelles à son monde onirique.

Partager cet article

Repost 0
jean-marc theytaz
commenter cet article

commentaires

organique 12/11/2014 22:16

Merci très beaucoup pour cet article. Sympa.

Présentation

  • : Le blog de jean-marc theytaz
  • : Textes poétiques, de création- Textes critiques sur des expositions d'art, des sorties de nouveaux livres en Valais et en Suisse.
  • Contact

Recherche

Liens